Pétition contre le piégage cruel

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1147/urgent-le-piegeage-cruel-doiseaux-en-france-ca-suffit


Au printemps dernier, le CNRS et le Muséum d’histoire naturelle alertaient dans une nouvelle étude sur la disparition à « vitesse vertigineuse » des oiseaux des campagnes françaises. Même si ce déclin catastrophique est largement imputé aux pratiques agricoles, continuer à permettre la chasse de centaines de milliers d’oiseaux comme l’alouette des champs est invraisemblable.

C'est pourtant ce que projette le ministère de la transition écologique qui a mis en place cet été dans plusieurs départements des consultations de citoyens portant sur les chasses traditionnelles et la détermination des quotas de prélèvements de différentes espèces d’oiseaux pour la campagne 2018-2019.

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) a réagit fin juillet en publiant un argumentaire global et local contre ces chasses dites « traditionnelles » : chasse aux pantes, chasse à la matole, chasse à la glu, chasse tenderie sont des pratiques d’un autre temps où les populations rurales avaient besoin de se nourrir de protéines animales à bon compte. La LPO leur reproche d’être difficilement contrôlable, cruelles et pour certaines non-sélectives.

Joignons-nous à la mobilisation lancée par la LPO en répondant défavorablement aux trois projets d’autorisation proposés en consultation publique dans 10 départements (plus d’informations, liens et modèles dans le dépliant contexte)

De manière plus générale, face à l’alarmant déclin des populations d’oiseaux sur le territoire français, Sauvons la forêt appelle les responsables politiques et territoriaux concernés à ne plus permettre les pratiques cruelles de piégeage d’oiseaux. 

Merci de signer la pétition et de participer jusqu'au 14 août aux consultations du ministère.

Résultats des votes pour notre projet de lutte contre l'Herbe de la pampa

Voici les dernières nouvelles de notre projet de " Un réseau de sentinelles contre l'Herbe de la pampa (Cortaderia selloana ), une responsabilité partagée" présenté par Aude Nature à l'appel à projets. "Mon projet pour la planète", initiative du Ministère de la transition écologique et solidaire.

Pour rappel, ce projet avait été sélectionné par 3 jurys, 1 technique 1 financier et 1 citoyen. La dernière phase consistait à réunir le plus de votes possibles et seuls les projets les plus votés seraient retenus.

 Nous avons, grâce à vous toutes et tous, réuni 277 votes ce qui est bien pour la structure que nous sommes mais évidemment pas assez face aux grosses structures qui ont allègrement fait 5 fois mieux! C'est l'un des points faibles de cet appel à projet car il favorise les grosses structures et les thématiques faciles à communiquer qui ne sont pas forcément les plus prioritaires. 

Nous comptons donc présenter au Ministre une série d'améliorations pour un prochain appel à projets.


D'ici là nous voudrions vous remercier chaleureusement de votre soutien, d'avoir diffusé l'info auprès de vos proches, d'avoir fait face aux nombreux bugs de l'application! Nous voudrions rester donc sur cette note positive, nous étions 277 à vouloir faire passer ce projet en 2018, l'année prochaine nous ferons mieux et une fois de plus grâce à vous! 

Votez pour un projet de conservation de la nature!

L’herbe de la pampa fait partie des espèces invasives les plus efficaces et agressives au niveau planétaire. Les conséquences écologiques et économiques de son installation sont à prendre au sérieux comme l’a démontré son installation postérieure dans d’autres régions d’Europe qui luttent avec un succès mitigé malgré les efforts déployés. Bien souvent si les mesures appropriées avaient été planifiées de manière précoce tout en veillant à la mise en place de bonnes pratiques afin d’éviter son implantation les conséquences en seraient moindre.

Dans le département de l’Aude, pour l’instant, son installation est limitée. L’opportunité d’agir avant que la situation ne devienne incontrôlable devrait être prise.

 

Notre projet se propose donc de sensibiliser les secteurs concernés en mettant en place 3 grands objectifs sociaux et environnementaux afin que la politique du laisser aller, dont profite l’Herbe de la pampa se transforme en politique préventive:

 

  1. Mise en place d’un système de détection précoce dans les Espaces Naturels Sensibles de l’Aude par le biais de bénévoles.
  2. Sensibiliser les mairies concernées par l’espèce par des journées d’information et la remise de guides de bonnes pratiques détaillant les protocoles d’actions à mettre en place pour une élimination effective.
  3. Prospection active dans les zones à risque pour éditer une cartographie des foyers de dispersion dans l’Aude ainsi que leur présence dans le réseau d’Espaces Naturels sensibles. Cet ensemble de données sera remis aux autorités compétentes pour les convaincre d’agir.

C’est pour cette raison qu’Aude Nature a présenté un projet, pour lutter contre cette espèce tant qu’il est encore temps, à l’appel à projet du Ministère de la transition écologique et solidaire. Sélectionné par divers jurys, celui-ci est soumis au vote citoyen afin de départager les projets restants dans la dernière ligne droite. Soutenez l’action d’Aude Nature, appuyer sa candidature en participant au vote.

 

Comment faire ? Rien de plus simple, allez sur le site https://www.monprojetpourlaplanete.gouv.fr/projects/plan-climat/collect/depot-des-projets/proposals/un-reseau-de-sentinelles-contre-l-herbe-de-la-pampa-cortaderia-selloana-une-responsabilite-partagee, rechercher « Un réseau de sentinelles contre l'Herbe de la pampa (Cortaderia selloana ), une responsabilité partagée » et votez en suivant les instructions. Participez à éviter que l’Herbe de la pampa menace notre biodiversité audoise !

Victoire dans le Pyrénées-Orientale

Deux grandes nouvelles :

Grand Cormoran : grâce à l’action du Groupe Ornithologique du Roussillon, la destruction de Grands Cormorans n’a pas eu lieu au cours de cet hiver 2017/2018. Il en sera de même en 2018/2019,car nous avons réussi à faire annuler l’arrêté préfectoral autorisant ces destructions.

Pigeon ramier : cette année la Préfecture n'a pas envisagé de prendre un arrêté de classement nuisible du pigeon ramier. Les migrateurs devraient ainsi pouvoir traverser les Pyrénées-Orientales en toute quiétude.